mercredi 9 mai 2012

L'enfant-chat

Il s'appelle Eliott. C'est mon fils... que j'appelle parfois l'enfant-chat. 



Du haut de sa différence plus grande que trois pommes, l'enfant-chat est le roi du salon, le roi de la maison. Il a besoin d'air et d'espace à un tel point que les oreillers ne peuvent cohabiter avec lui dans son lit, que les coussins n'ont plus leur place sur le divan. Tout par terre et lui, seul sur son grand lit vide me souriant parce qu'ainsi, il respire mieux. Et moi qui m'approche pour une caresse, et lui qui me repousse et me pointe la porte... pas maintenant, maman. Je ne suis pas prêt.

L'enfant-chat est indépendant. Parfois des jours sans un regard dans les yeux, sans un contact désiré. Et lorsqu'il en a envie, qu'il est enfin prêt, cette main dans la mienne qu'il dépose sur son ventre pour que je puisse le flatter, mais pas trop. Et s'il m'accepte, j'aurai sans doute droit à ce regard bleu ciel qui fait battre mon coeur et à ce rire-bonbon que j'enregistre dans mon cerveau car c'est sa façon à lui de me dire qu'il est heureux.

Et comme l'enfant-chat ne parle pas, le coeur de sa maman doute souvent et souffre parfois. Ces moments où je ne le comprends pas, où mes essais se soldent par ses cris et ses pleurs, où moi-même j'ai le coeur gros de ne pas être en mesure de lui donner le pouvoir de la parole... ces "brisures" qui amène l'enfant-chat à "grafigner" et à mordre dans l'espoir de peut-être ainsi se faire comprendre. Ces heures de silence où je parle à sens unique avec celui qui me répond par ses gestes et ses yeux... les moments difficiles dans l'apprentissage de la différence.

Mais l'enfant-chat nous soigne le coeur, nous fait sourire, nous enseigne la vie et le temps... Ces instants de grâce où il se colle sur moi, s'abandonne et s'endort me comblent et me rassurent dans mon rôle de mère. Toutes ses premières fois qui m'épatent, me rendent fière de lui en silence...

Je t'aime tant, mon minou.



16 commentaires:

  1. lachez pas... il va y arriver a traverser sa vie et vous aussi. Laurence stezewski, chef de service CRDITED Montréal.

    RépondreSupprimer
  2. Après les fous rires, voici les larmes. Ce texte m'émeut tant. La maman en moi comprend tellement.
    Les enfants sont mes êtres humains préférés. Ils m'émerveillent. Et quand ils sont différents, ils viennent sortir ce qu'il y a de meilleur en nous...À condition, bien sûr, de se prêter au jeu...
    Ce petit bonhomme a de la chance de t'avoir comme parent. Une vie s'écrit... Pleine d'amour.
    Bravo man!

    RépondreSupprimer
  3. Wow je n'ai pas de mot de plus que te dire bravo ma grande et bon courage il est super beau ton petit bonhomme. Ça me touche énormément.
    Tes écris nous font prendre consience de ce qu'il y a de bon envers tout les petits moments que tu partage avec ton enfant.
    Réjeanne

    RépondreSupprimer
  4. Tu es d'une force à donner la leçon à plus d'un plaignard sur cette terre! Ton fils à la chance du monde de t'avoir comme mère!

    Cynthia

    RépondreSupprimer
  5. L'UNITÉ DANS LA DIVERSITÉ ! Toujours très agréable de te lire chère Catherine ! Il se dégage une grande force dans ce texte. Celle de l'acceptation,entre autre. Les enfants ont tant à nous apprendre, tous. Merci pour le partage.

    Nathalie

    RépondreSupprimer
  6. Je suis si émue, on dit que les enfants choisissent leurs parents... et quel bon choix ton petit lion a fait. J'admire ta vulnérabilité, ta bienveillance, ton humanisme, ta patience, ta force, ton discernement, ta lucidité et ton honnêteté. Je crois sincèrement que la façon que tu as de percevoir cette réalité de votre quotidien apporte à Eliott une sécurité et un équilibre que personne d'autre ne pourrait lui offrir. Ton fils t'a initié aux rituels de la famille des félins, la maman lion rugit parfois, adore câliner, elle vit dans de vastes étenduee afin que ses lionceaux "respire mieux", respecte ses bébés et les aime jusqu'à ce qu'elle devienne poussière... Je n'ai pas eu de fous rires aujourd'hui en te lisant Catherine, seulement de grosses larmes ont coulées sur mes joues, j'ai senti l'amour, le vrai, l'amour d'une maman, l'amour malgré un coeur serré parfois, l'amour malgré le découragement, l'amour des petites réussites qui en fait, sont des progrès énormes, ton amour pour Eliott... un amour beau et grand. Merci d'avoir partagé, ce fut un pur moment de bonheur de te lire. Il a de la chance de t'avoir ton fils, tu es merveilleuse.

    RépondreSupprimer
  7. Bon , là c'est toi qui me fait pleurer mademoiselle Janie...

    RépondreSupprimer
  8. Touchant, mes larmes coulent...bravo c'est si bien écrit! Je t'aime mon amie. So xxx

    RépondreSupprimer
  9. Je t'aime mon amie. J'ai des larmes de bonheur et de tristesse pour toi. Nos défits ne sont pas exactement les mêmes, mais je comprend... C'est écrit comme une auteure professionnelle le ferait, bravo et vive l'extériorisation!!! XXX Mémé

    RépondreSupprimer
  10. Je ne crois pas que personne d'autre que toi ne pourrait décrire mieux ce que c'est l'amour. Avec un grand «A» svp.

    Je dis souvent à qui veut bien l'entendre qu'aimer c'est accepter l'autre comme il est. Avec ses défauts, ses qualités, ses joies, ses peines, ses frustrations. Combien de fois nous imaginons entendre des mots que l'autre ne prononcera jamais parce qu'il ne sait pas comment les exprimer.

    Les années passent et tu as appris à découvrir ton petit bonhomme à ta manière avec le temps. Ton coeur de maman en admiration devant son petit lion comme tu dis si bien m'émeut grandement.


    À chaque fois que je te lis, tu réussies à me faire couler lentement une larme sur la joue. De tristesse bien sûr mais surtout de bonheur car je me trouve vraiment chanceuse de te connaitre.

    Continue à nous écrire, car ces si belles choses de la vie, valent la peine d'être partagées.

    Alice XX

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Catherine
    Est-ce que tu me permets d'utiliser ton texte ?? J'aimerais le faire lire à mes collègues et peut-être à certains parents avec qui je travaille. J'ai été très touchée par tes mots...Merci de nous ouvrir une porte sur ce que tu vis comme maman d'un enfant différent. J'espère pouvoir rencontrer ton petit chat, lors d'une te des visites à Drummondville.
    Marie-Claire

    RépondreSupprimer
  12. @ Marie-Claire:
    Bien sur que tu peux utiliser mon texte, si cela peut aider de quelque façon que ce soit... Mon p'tit chat tolère peu les grandes distances en voiture, je crois que nos visites à Drummondville se feront de plus en plus rares... Mais si jamais tu viens dans mon Abitibi, il me fera plaisir de te le présenter :)

    RépondreSupprimer
  13. Merci. Ça m'encourage avec un de mes fils qui est un peu différent aussi. Un énorme respect.

    RépondreSupprimer
  14. Comment te décrire mon émotion en te lisant, Catherine, et mon admiration pour toi, cet amour dans son sens le plus profond, le plus pur et le plus puissant. Qu'il est magnifique, ton enfant-chat, ce petit Elliot qui a une grande chance dans sa vie : TOI.

    Merci d'avoir partagé ça, on apprend beaucoup sur la vie et le monde en te lisant. Tu sensibilises et tu rejoins des gens de tous les horizons. Tu sais parler à notre coeur parce que tu laisses parler le tien.

    RépondreSupprimer
  15. Quelle belle histoire touchante! J'ai aussi une petite chérie que je surnomme ''ma petite minou''. Elle est différente mais combien attachante! Je comprends tellement ce que tu vis, à travers les doutes qui nous rongent, à travers les essaies et erreurs dans nos interventions, et surtout à travers le sentiment d'amour inconditionnel que nous portons à nos petits êtres magiques!

    Caroline

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires et n'oubliez pas de me laisser un indice sur votre identité (initiales, surnom, "inside"...)