samedi 30 juin 2012

Passer sa vie dans la ruelle...

J'aimerais ça être drôle, vous changer les idées, parler de choses futiles et agréables... Mais ça ne vient pas... peut-être parce que ces jours ci, je n'ai pas vraiment envie de rire... peut-être parce que ces jours ci, j'ai l'impression de vivre en parallèle avec les autres.

Je ne sais pas si tous ceux qui vivent une vie en marginalité ressentent ce "décalage" avec la faune, ce sentiment de solitude qui va au delà de la présence physique de quelqu'un. La vrai solitude, celle que tu as au fond du ventre et qui te fait sentir extra-terrestre. Celle qui te rapelle jour après jour que personne ne peut comprendre réellement ce que tu vis, qui te donne la sensation d'être la seule à marcher sur la ligne jaune du boulevard... J'ai l'impression de passer ma vie dans les ruelles de mon quartier, dans la "garnotte" et les trous de "bouette", pendant que les autres se bousculent dans les belles rues asphaltées. Je suis en manque de facilité...

Bon, ceux qui me connaissent savent que mon Eliott m'en fait voir de toutes les couleurs ces temps-ci, qu'il me fait réaliser que la tâche grandit en même temps que lui. J'ai peur. Pour la première fois depuis qu'il est dans ma vie, j'ai la chienne. De ne pas être adéquate, de ne pas y arriver, de devoir m'oublier complètement... C'est difficile d'aimer autant quelqu'un qui est si différent des autres, de devoir choisir, penser, parler à sa place et souvent contre son gré. C'est une deuxième vie dont je m'occupe, maintenant et pour toujours. C'est très intense et ça va chercher son lot d'émotions contradictoires...

Merci à ceux qui s'y interessent, qui s'impliquent comme ils le peuvent, qui m'aident avec lui indirectement. J'ai grandement besoin des autres, ces derniers temps... et ça, les gens qui connaissent Catherine Perreault savent à quel point demander de l'aide ou du support n'est pas ma force. Un merci tout particulier à mon amie Sonia, qui m'a ouvert les yeux sur un monde de possibilités dernièrement... en espérant un jour sortir de la ruelle pour aller vous rejoindre sur les grands chemins...

Ça va aller. (hein?)

7 commentaires:

  1. Hum... je ne sais trop quoi te dire Catherine... Mais une chose est certaine, c'est que moi je n'ai aucun doute en ce qui concerne tes compétences de mère avec ton Éliott. C'est vrai que tu ne peux pas avoir la même vie que ceux qui t'entourent mais Éliott est chanceux de t'avoir. Lâche pas! :)
    Nancy

    RépondreSupprimer
  2. Qui est vraiment dans la ruelle??? Bien souvent nous sommes assis sur un banc sans porter attention aux beauté de la vie. Pourtant il y a souvent un ti oiseau qui fredonne de belle mélodie juste au dessus de notre tête. Et pourtant nous sommes dans la rue et nous sommes souvent indifférents. Cependant, il y a des gens qui sont dans la ruelle et eux reconnaissent la vraie beauté. Malgré les moments difficile il y a toujours un petit oiseau qui nous fredonne un refrain d'encouragement.

    PH

    RépondreSupprimer
  3. La phrase qui me frappe c'est "je suis en manque de facilité"...je sympathise tellement, dans mon quotidien j'oubli parfois de t'offrir de l'aide...mais nous sommes là :)
    Chaque étape pour lui paraît plus intense (ex: les molaires qui poussent) avant de comprendre de quoi il retourne, lui,vous,tout son entourage se demande qu'est-ce qu'il a?? et on découvre finalement le bobo, soulagement. Les montagnes russes ça use un peu :) Tu es une mère et c'est l'amour qui guide tes actions, c'est déjà remarquable. xxx MS

    RépondreSupprimer
  4. Tu as toute mon admiration, Catherine, pour ton courage et ton amour de mère qui ne se dément jamais. Il y a une phrase qui dit que chose comme " on sait ce qu'est le courage lorsqu'etre courageux est notre seule option". Tu es courageuse. Gen xxx

    RépondreSupprimer
  5. Catherine qui demande de l'aide... ça va vraiment pas! J'ai parlé avec Christian la semaine dernière, il m'a un peu mis à jour. Ton blog me confirme que ta vie manque de préfabriqué, de facilité. J'aimerais tant t'aider, mais je ne sais pas comment... Je commencerai donc par des p'tites visites quand je passe devant chez-toi. Je t'aime belle amie! xxx Mé

    RépondreSupprimer
  6. je ne sais quoi te dire car je ne comprends peut-être pas réellement ton quotidien mais je sais que ce n'est pas toujours facile, d'où ton besoin de "facilité"... je suis certaine que tu es formidable... et avoir peur fait partie de la "game" quand on a des enfants, trouver des jours plus difficiles que d'autres, être au bord des larmes parfois... t'es NORMALE t'sais! t'es une battante et tu as beaucoup d'amour pour ton fils! Je t'admire et moi, j'aime ça les ruelles de Rouyn!!!! Lâche-pas!

    RépondreSupprimer
  7. Parole de Il Faut Que Tu Saches de Fred Pélerin
    Il faut que tu saches
    Si la vie c'est de naître ou mourir
    Lequel des remords ou des triomphes sont les plus féconds
    S'il vaut mieux trouver des réponses ou poser des questions
    S'il faut retenir les prénoms pis enterrer les noms
    Si c'est perdre son temps qu'espérer la moisson
    Saches si la peur est un trésor si la fuite est la mort
    Toi qui viendras après moi X 2
    Il faut que tu saches
    Si l'amour est un ciel ou une prison
    Si ton sexe est une fleur un poison ta peau qu'une saison
    Tes yeux c'est tu les deux miroirs des phares dans la nuit
    Tes mains doivent tenir fermement ou s'ouvrir tendrement
    Quel sang irrigue ton coeur si tu détiens celui des autres
    Saches s'i;l faut mieux lâcher prise ou combattre en mordant
    Toi qui viendras après moi X 2
    Toi il faut que tu saches
    Car moi et les miens on n'a pas su
    Il faut que tu saches si vaut mieux marcher en aveugle
    Ou patient espérant l'inconnu immobile et confiant
    Le courage c'est tu de prêter flanc aux brises pis aux griffes
    De s'protéger de se cacher du froid pis des attaques
    Est-ce la guerre qui répare est-ce la paix qui sépare
    Saches si l'enfant y'est plus petit ou ben plus grand que toi
    Toi qui viendras après moi X 2
    Et si tu m'rejoins dans la pluie d'un jour tu m'diras si tu sais
    Ou si comme moi étourdis par le monde par l'ivresse des vues par la folie des tueurs
    Dans la chaleur de l'autre étourdis comme moi
    Si tu sais toujours pas
    Crois comme moi qui cherche à croire
    Que l'important c'tait pas d'savoir mais d'jamais oublier d'chercher pour ceux qui viendront après toi
    Pour ceux qui viendront après toi.

    enfantensoie

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires et n'oubliez pas de me laisser un indice sur votre identité (initiales, surnom, "inside"...)